info@unionbelge.be - info@belgischeunie.be

ONGRONDWETTELIJKE “WALLO-BRU” INCONSTITUTIONNELLE

ONGRONDWETTELIJKE “WALLO-BRU” INCONSTITUTIONNELLE

Rudy Demotte, de “minister-president” van de nutteloze “Franse” gemeenschap; Rudy Demotte, le “ministre-président de l’entité inutile de la Communauté “française”;Photo – foto Belga

LA « WALLONIE » ET LA « FLANDRE »  SONT DES NOTIONS INCONSTITUTIONNELLES

Le 25 mai 2011, le parlement de la Communauté « française » a adopté à l’unanimité la proposition de résolution déposée par les 4 partis francophones, qui décide de faire dorénavant usage de l’appellation “Fédération Wallonie-Bruxelles” au lieu de “Communauté française” et d’utiliser cette nouvelle désignation pour l’ensemble de ses supports de communication. Le lendemain, le gouvernement de la Communauté « française » lui a emboîté le pas.

Ce changement de nom, qui existait en projet depuis plusieurs années, a un côté positif. L’entité belge de la Communauté française se débarrasse enfin de cet adjectif qui avait fait penser au feu président français François Mitterrand qu’il avait affaire à la communauté des expatriés français au Royaume de Belgique… Il n’en était évidemment rien : il s’agissait d’une nouvelle institution de la Belgique fédérale créée par les réformes de l’Etat et qui visait à défendre la langue et la culture des Belges francophones à un moment où l’on pensait encore que l’Etat unitaire n’en était plus capable.

Le deuxième point positif, c’est que ce changement de nom complique encore un peu plus le fédéralisme linguistique. En effet, comme les termes « Fédération Wallonie – Bruxelles » ni même la « Wallonie » ne sont pas inscrits dans la constitution belge, ils ne peuvent en principe être utilisés dans les actes officiels de l’autorité publique. Le gouvernement « flamand »  y a d’ailleurs immédiatement et à juste titre réagi en qualifiant ce changement de dénomination comme « inconstitutionnel » et en annonçant des actions juridiques si ce nouveau nom était effectivement utilisé de façon officielle.

Egalement à juste titre, le « ministre-président » de la Communauté « française », Rudy Demotte (PS), a rétorqué à son homologue Kris Peeters (CD&V) que le terme « Flandre », qui est constamment utilisé par la Communauté « flamande » et la Région « flamande », n’est pas conforme à la constitution non plus, celle-ci ne mentionnant en effet nullement la « Flandre, ce que le B.U.B. ne cesse de dénoncer depuis des années.

Qui plus est, cette fédération anticonstitutionnelle de « Wallonie-Bruxelles » est un non-sens parce que :

1) une fédération est une union entre entités autonomes ; or, quelles sont ces entités en l’espèce ? La Communauté « française » n’est pas la somme de la « Wallonie » et de Bruxelles ;

2) la communauté n’a pas la compétence de gérer les matières régionales et ne peut donc se mettre en « fédération » avec une région, en l’occurrence la région « wallonne » et/ou la région de Bruxelles-Capitale et

3) une fédération requiert une autorité conjointe ; or, celle-ci manque en l’espèce, sauf si l’on considère que la Communauté « française » constitue elle-même cette autorité, mais pourquoi a-t-on dès lors besoin d’une « fédération » ?

Nous espérons donc que ces particrates nationalistes vont continuer encore longtemps à se livrer à ces discussions stériles et sans fin qui démontreront, pour autant que de besoin, la faillite totale du système fédéral, celui-ci étant basé sur des frontières linguistiques dont les particrates ont fait des frontières nationalistes.

 

“VLAANDEREN” EN “WALLONIE” ZIJN ONGRONDWETTELIJKE BEGRIPPEN

Op 25 mei 2011 heeft het parlement van de “Franse” gemeenschap het voorstel van resolutie dat door de 4 Franstalige partijen werd neergelegd en dat oplegt om voortaan gebruik te maken van de benaming “Federatie Wallonië-Brussel” in plaats van “Franse Gemeenschap” en deze nieuwe benaming voor alle officiële mededelingen te gebruiken  goedgekeurd. De volgende dag heeft de regering van de “Franse” Gemeenschap zijn voorbeeld gevolgd. 

Deze naamswijziging, die al verschillende jaren in ontwerp bestond, heeft een positieve kant. De Belgische entiteit “Franse gemeenschap” ontdoet zich eindelijk van dat adjectief dat de vroegere Franse president François Mitterrand deed denken aan de gemeenschap van Franse “expats” in het Koninkrijk België…  Dat was natuurlijk onjuist: het ging om een nieuwe instelling van het federale België die door de staatshervormingen in het leven werd geroepen en die tot doel had de taal en de cultuur van de Franstalige Belgen te verdedigen op een moment dat men nog dacht dat de unitaire staat hiertoe niet in staat was.

Het tweede positieve punt is dat deze naamsverandering het taalfederalisme nog een beetje ingewikkelder maakt. Aangezien de termen “Federatie Wallonië-Brussel” en zelfs “Wallonië” niet in de Belgische grondwet staan, kunnen ze in principe niet in de officiële akten van de overheid gebruikt worden. De “Vlaamse” regering heeft hier trouwens onmiddellijk en terecht op gereageerd door deze naamswijziging als ongrondwettelijk te bestempelen en door juridische stappen aan te kondigen als deze nieuwe naam effectief op officiële wijze zou aangewend worden.

Eveneens terecht heeft de “minister-president” van de “Franse” gemeenschap, Rudy Demotte (PS), geantwoord aan zijn ambtsgenoot Kris Peeters (CD&V) dat de term “Vlaanderen”, die voortdurend door de “Vlaamse” gemeenschap en het “Vlaams” gewest gebruikt wordt, evenmin grondwettelijk is aangezien de grondwet de term “Vlaanderen” helemaal niet vermeldt, iets wat de B.U.B. al jaren aanklaagt.

Bovendien is die ongrondwettelijke federatie “Wallonië-Brussel” absurd omdat:

1)      een federatie een unie van autonome entiteiten is; welnu, wat zijn die entiteiten in casu? De “Franse” gemeenschap is geen optelsom van “Wallonië” en Brussel;

2)      de gemeenschappen niet de bevoegdheid hebben om gewestmateries te beheren en zich dus niet kunnen “federeren” met een gewest, in casu het “Waals” en/of het Brussels gewest;

3)      een federatie een gemeenschappelijk gezag vereist; welnu, dat ontbreekt in casu, behalve als men de “Franse” gemeenschap zelf als dat gezag beschouwt, maar waarom spreekt men dan van een federatie?

Wij hopen dat deze nationalistische particraten nog lang deze sappige en oneindige discussies zullen voeren die, voor zover als nodig, het totale faillissement van het federaal systeem zullen aantonen, dat op taalgrenzen is gebaseerd en waarvan de particraten nationalistische grenzen hebben gemaakt.