belgischeunie@unionbelge.be

BEL 20 ET/EN VLAM 21

BEL 20 ET/EN VLAM 21

BEL 20 et VLAM 21 : LA BELGIQUE GARDE LA COTE !

Un membre du B.U.B. a écrit cet article intéressant sur l’histoire des indices boursiers concurrents du BEL 20 et du VLAM 21:

On dit que la bourse est le baromètre de l’économie. A juste titre, puisque la bourse reflète l’économie. Les économistes s’accordent sur le fait que les indices boursiers précèdent d’environ six mois la situation économique réelle.

Nombre de véritables « joyaux de la couronne » sont listés à la bourse Bruxelloise, tels que Bekaert, Solvay, Colruyt, UCB, GBL, …. . Tous font partie du BEL 20.

L’indice BEL 20 a été créé en 1991 et comporte les 20 plus importantes entreprises de la Belgique. Cette liste est revue chaque année civile. En France, c’est le CAC 40, en Allemagne le DAX et aux Pays-Bas l’AEX.

Les indices boursiers ont été créés pour pouvoir évaluer les prestations en bourse. Le DOW JONES à New York existe d’ailleurs depuis beaucoup plus longtemps.

Le VLAM 21 a vu le jour le 30 juin 1994 à l’initiative de certaines banques. Cet indice comportait les 21 entreprises les plus importantes de la « Région flamande ». L’idée était simple : les entreprises de la partie nord du pays – la partie la plus riche – feraient certainement mieux que le BEL 20. L’indice a démarré à environ 1.000 points tandis qu’à ce moment-là, le BEL 20 se situait aux alentours des 1.500 points.

La plupart des grandes banques trouvaient l’idée de ce nouvel indice intéressante et ont crée des valeurs qui suivaient l’indice VLAM 21. Celui-ci était régulièrement publié au journal DE TIJD.

Ce ne fut pas un grand succès car sept ans plus tard, il n’avait réalisé qu’une plus-value de 44 pourcents. La faillite de LERNOUT & HAUSPIE et les mauvaises prestations de REAL SOFTWARE ont pesé sur l’indice, mais cela n’expliquait pas complètement les mauvais résultats … . Le BEL 20 avait connu durant la même période une plus-value de 120 pourcent ! Une différence notable.

Fin 2007, le VLAM 21 était coté à 2.868 points, tandis que le BEL 20 était à 4.674 points. Après cela, le VLAM 21 fut plus ou moins « oublié ».

Que disent ces chiffres ? On ne peut pas en déduire que l’économie aurait été moins productive dans la partie nord du pays pendant cette période (jusqu’en 2007). Le problème est plutôt que 21 entreprises ne peuvent pas fournir une image exacte de l’économie.

Il est intéressant de constater que les fédéralistes et les nationalistes ne mentionnent jamais le succès de l’économie belge durant cette période (avant la crise mondiale économique et financière). On publie toutes sortes d’écrits sur la partie (riche) du nord du pays et sur la partie (pauvre) du sud du pays ainsi que sur les transferts d’argent d’une partie à l’autre, mais les chiffres belges de cette période ne sont jamais publiés. Ce n’est pas très objectif !

Le Baron Paul BUYSSE (président de BEKAERT) déclarait après les résultats des élections de 2010 : « Nous vivons dans un pays beau et superbe. Il ne mérite pas un tel résultat électoral ! » Il avait raison. L’impasse politique a entraîné la plus longue période de formation d’un gouvernement national de l’histoire de la Belgique et a coûté des millions d’euros au trésor !

 

BEL 20 EN VLAM 21: BELGIE BOVEN !

Een lid van de B.U.B. schreef een interessant artikel over de geschiedenis van de concurrerende beursindexen BEL 20 en VLAM 21:

De beurs wordt de barometer van de economie genoemd. Terecht, want de beurs is een weerspiegeling van de economie. Economen zijn het er over eens dat beursindexen ongeveer zes maanden vóór zijn op de economie.

België mag fier zijn want op de Brusselse beurs noteren een aantal kroonjuwelen zoals Bekaert, Solvay, Colruyt , UCB, GBL,… Allemaal maken ze deel uit van de Bel 20.

De Bel20 index is ontstaan in 1991 en bevat de 20 belangrijkste bedrijven van België. Deze lijst wordt elk kalenderjaar gereëvalueerd. In Frankrijk is er de CAC 40, in Duitsland de DAX en in Nederland de AEX.

De beursindexen werden in het leven geroepen om een beeld te krijgen van de prestatie van de beurs. De Dow Jones in New York bestaat trouwens al veel langer.

Op 30 juni 1994 creëerde men onder impuls van een paar banken de VLAM 21. Deze index bevatte de 21 belangrijkste bedrijven van het “Vlaams gewest”. Het idee was eenvoudig. Bedrijven uit het rijkere Noord-België zouden beter presteren dan de Bel 20. De index ging toen van start op 1000 punten. De Bel 20 stond in die tijd op ongeveer 1.500 punten.

De meeste grootbanken zagen een toekomst in de nieuwe index en ze creëerden fondsen die de VLAM 21-index volgden. In het dagblad De Tijd werd trouwens regelmatig de VLAM-index gepubliceerd.

Een groot succes was de VLAM 21 echter niet. Zeven jaar later had hij een meerwaarde van slechts 44 procent. Het faillissement van Lernout & Hauspie en de slechte prestaties van Real Software wogen op de index, maar dan nog…. De BEL 20 groeide in die periode met 120 procent ! Een enorm verschil.

Eind 2007 noteerde de VLAM 21 2.868 punten. De BEL 20 daarentegen stond op 4.674 punten. Nadien sprak men nauwelijks nog over de VLAM 21.

Wat zeggen deze cijfers? Hieruit concluderen dat de Noord-Belgische economie het in die periode (dus tot en met 2007) minder goed deed, is kort door de bocht. Het probleem is dat 21 bedrijven nooit een exact beeld van de economie kunnen weergeven.

Het is interessant vast te stellen dat federalisten en nationalisten het in hun betoog nooit over het vroegere succes (van vóór de wereldwijde financiële en economische crisis) gehad hebben. Men kon veel lezen over het rijke Noorden en het arme Zuiden en miljardenstromen, maar over die Belgische cijfers zweeg men in alle talen. Van objectiviteit gesproken!

Baron Paul Buysse (voorzitter van Bekaert) verklaarde na de laatste verkiezingsuitslag van 2010: “We leven in een mooi en prachtig land. Waarom verdient dit zo een verkiezingsuitslag!”  De man had gelijk. De politieke impasse bezorgde ons de langste regeringsvorming ooit en kostte de schatkist miljoenen euro’s !

ParseError thrown

syntax error, unexpected 'new' (T_NEW)