belgischeunie@unionbelge.be

LES DECLARATIONS D’ALEXANDER DE CROO A PROPOS DU FEDERALISME SONT BEAUCOUP PLUS INTERESSANTES QUE LES BALIVERNES DE HOMANS – WAT ALEXANDER DE CROO OVER FEDERALISME ZEI, IS VEEL INTERESSANTER DAN DE ONZIN VAN HOMANS

LES DECLARATIONS D’ALEXANDER DE CROO A PROPOS DU FEDERALISME SONT BEAUCOUP PLUS INTERESSANTES QUE LES BALIVERNES DE HOMANS – WAT ALEXANDER DE CROO OVER FEDERALISME ZEI, IS VEEL INTERESSANTER DAN DE ONZIN VAN HOMANS

ALEXANDER DE CROO CRITIQUE LE FEDERALISME

Le 6 janvier 2016, la « ministre » « flamande », Liesbeth Homans (N-VA) a déclaré dans l’émission « Binnen Vijf Jaar » (dans cinq ans) de la VRT qu’elle espère que la Belgique n’existera plus en 2025. Ces propos ont eu un écho considérable dans les médias. Malheureusement, le même sort n’a pas été réservé aux déclarations d’Alexander De Croo (VLD) à propos du fédéralisme. Ce qu’il a dit était pourtant bien plus intéressant.

Les idées et le programme de Homans et de son parti sont connus depuis la fondation de la N-VA en 2001: la fin de la Belgique. En revanche, les déclarations d’Alexander De Croo sont nouvelles. Suite aux propos de Homans, il a contesté que le thème communautaire revienne en 2019.  De Croo a même critiqué le fédéralisme en se demandant ce que les réformes de l’Etat ont bien pu apporter de bon : « elles absorbent énormément d’énergie et si vous observez aujourd’hui les dernières étapes, il faut se poser la question de savoir si ces réformes mènent à une meilleure politique au niveau régional qui est plus cohérente par rapport à ce que souhaitent les gens. En réalité, je n’en suis plus convaincu ».

Il est dommage que le médias n’aient pas saisi l’occasion pour s’intéresser à cette problématique parce que Decroo nous a invité à un débat approfondi sur le fédéralisme, le régionalisme, le communautarisme et par conséquent aussi sur le nationalisme linguistique. D’ailleurs, à l’occasion des attentats et de la conférence sur le climat à Paris, le problème du fédéralisme avait déjà interpellé les journalistes étrangers et les éditorialistes du Standaard et de l’Echo (voir notre texte).

Le fait qu’un vice-premier ministre belge critique si ouvertement le fédéralisme est très signifiant et réaffirme le fait que le fédéralisme linguistique constitue la plus grande erreur de l’histoire de la Belgique.

 

ALEXANDER DE CROO BEKRITISEERT HET FEDERALISME

Op 6 januari 2016 verklaarde “Vlaams” “minister” Liesbeth Homans (N-VA) in het programma “Over vijf jaar” van de VRT dat ze hoopte dat België in 2025 niet meer zou bestaan. Haar uitspraken werden breed uitgesmeerd in de media. Jammer genoeg gebeurde dat niet met wat Alexander De Croo (VLD) over het federalisme zei. Dat was nochtans veel interessanter. 

De ideeën en het programma van Homans en haar partij zijn gekend sinds de oprichting van de N-VA in 2001: de splitsing van België. Wel nieuw waren de uitspraken die Alexander De Croo deed. Als reactie op wat Homans zei, betwistte hij dat het communautaire thema in 2019 terug op tafel zou komen en gaf hij zelfs kritiek op het federalisme zelf door zich af te vragen wat die staatshervormingen nu eigenlijk opleverden: “er kruipt onwaarschijnlijk veel energie in en als je nu kijkt naar de laatste stappen: leidt het er toe dat je dan op regionaal niveau een beter beleid kan voeren, dat coherenter is met wat de mensen willen? Ik ben er eigenlijk niet meer van overtuigd“.

Jammer dat de media hier niet op ingingen, want dit was wél een aanzet tot een grondig debat over federalisme, regionalisme, communautarisme en bijgevolg ook over taalnationalisme. Het probleem van het federalisme was n.a.v. de recente aanslagen en de klimaatconferentie in Parijs ook buitenlandse journalisten en de editorialisten van De Standaard en L’Echo niet ontgaan (zie onze tekst).

Het feit dat een Belgische vice-premier zo openlijk het federalisme bekritiseert, is veelbetekenend en bevestigt nogmaals dat het taalfederalisme de grootste vergissing uit de Belgische geschiedenis is.

ParseError thrown

syntax error, unexpected 'new' (T_NEW)