Op het moment dat de politici minstens 10 miljard euro voor de begroting zoeken, is het misschien nuttig eens aan de kost van het taalfederalisme te herinneren…

A un moment où les politiciens cherchent au moins 10 milliards d’euros pour le budget, il est peut-être utile de rappeler le coût du fédéralisme linguistique…

DE KOST VAN HET FEDERALISME

In bijlage vindt U de (in 2009 bijgewerkte) studie van de Belgische Unie over de kost van het Belgische taalfederalisme: 10 miljard euro per jaar ! Veel meer dan de transferten van noord naar zuid…

De studie werd voor het eerst in 2007 door de B.U.B. opgesteld. Zij is uniek in haar soort omdat de berekening van de kostprijs van het Belgische taalfederalisme tot voor kort nog taboe was.

De berekening omvat de directe kosten (5 miljard euro per jaar), d.w.z. bijkomende parlementariërs, ministers, ambtenaren, gebouwen etc. alsook de indirecte kosten (eveneens 5 miljard euro per jaar), d.w.z. het verlies aan investeringen, toerisme, het verlies aan expertise door de splitsing van diensten, etc.

Deze kost overstijgt ruimschoots die van de noord-zuid-transferten, die volgens een betwistbare studie van de flamingantische KBC-bank ongeveer 5 miljard euro per jaar zouden bedragen.

De kost van het Belgisch federalisme (Powerpoint; versie 2009)

LE COÛT DU FEDERALISME

En annexe, vous trouverez l’étude du B.U.B. (mise à jour en 2009) sur le coût du fédéralisme linguistique belge: 10 milliards d’euros par an ! Beaucoup plus que les transferts du nord vers le sud…

L’étude a été effectuée pour la première fois en 2007 par le B.U.B. et est unique dans son genre parce que le calcul du coût du fédéralisme belge est resté tabou jusqu’il y a peu.

Le calcul comprend les coûts directs (5 milliards d’euros par an), c’est-à-dire les parlementaires supplémentaires, les ministres, les fonctionnaires, les bâtiments etc. ainsi que les frais indirects (également 5 milliards d’euros par an), c’est-à-dire la perte d’investissements, de tourisme, la perte d’expertise par la scission des services etc.

Ce coût dépasse de loin celui des transferts nord-sud, qui s’élèverait selon une étude contestable de la banque flamingante KBC à environ 5 milliards d’euros par an.

Le coût du fédéralisme belge (power point; version 2009)

Post Navigation