belgischeunie@unionbelge.be

 Belgische Unie - Union Belge

   Bienvenue - Welkom - Willkommen

LE BARRAGE AUX SEPARATISTES EST AUSSI LE MERITE DU B.U.B. – AFBLOKKEN SEPARATISTEN IS OOK VERDIENSTE VAN DE B.U.B.

Le 14 août 2020, les médias ont annoncé que les préformateurs Magnette (PS) et De Wever (N-VA) rendraient au Roi leur mission dans le cadre de la formation d’un nouveau gouvernement. Cette démission a été acceptée le 18 août et le Roi a désigné comme nouveau formateur le libéral Egbert Lachaert (OPEN VLD). La cause de l’échec du duo est la résistance libérale et écologique contre les plans institutionnels des deux partis. Le B.U.B. en est ravi. En effet, un accord entre les deux partis impliquerait un démantèlement accentué de l’État central. Sur internet, le B.U.B. a mené une campagne active contre ce projet d’accord.

Op 14 augustus 2020 maakten de media bekend dat preformateurs Magnette (PS) en De Wever (N-VA) hun opdracht als preformateur in het kader van de vorming van een nieuwe regering aan de Koning zouden teruggeven. Dit ontslag werd op 18 augustus aanvaard waarna de Koning de liberaal Egbert Lachaert (OPEN VLD) als formateur aanstelde. De oorzaak van de mislukking van het duo is het liberale en groene verzet tegen de institutionele plannen van beide partijen. De B.U.B. is opgetogen. Een akkoord tussen beide partijen zou immers een verregaande splitsing van de centrale staat impliceren. De B.U.B. heeft tegen dit ontwerpakkoord via internet actief campagne gevoerd.

LA SIXIEME REFORME DE L’ETAT (19): LA SCISSION DU CONTROLE DES FILMS – ZESDE STAATSHERVORMING (19): SPLITSING FILMKEURING

Par la sixième “réforme” de l’Etat, le contrôle des films a été défédéralisé et cette scission a été liée à une « solution » pour Bruxelles. Qu’est-ce que impliquait ?

Met de zesde ”staatshervorming’’ werd de filmkeuring gedefederaliseerd en deze splitsing werd verbonden aan een “oplossing” voor Brussel. Wat hield dit in?

LE B.U.B. SOUHAITE UNE CONSULTATION POPULAIRE SUR LE FEDERALISME LINGUISTIQUE – DE B.U.B. WENST EEN REFERENDUM OVER HET TAALFEDERALISME

Les dernières semaines, la presse a fait écho de l’énième déclaration de révision de la Constitution belge. Le B.U.B. veut qu’on cesse de modifier notre Constitution à tour de bras et qu’on interroge enfin la population.

De laatste weken werd er heel wat in de pers bericht over de zoveelste verklaring tot herziening van de Belgische Grondwet. De B.U.B. is al dat gemorrel aan onze Grondwet beu en wil dat men eindelijk de bevolking ondervraagt.

LES ENFANTS BELGES SERONT DISCRIMINES A DOUBLE TITRE! – BELGISCHE KINDEREN WORDEN DUBBEL GEDISCRIMINEERD!

La particratie a décidé de scinder les allocations familiales, une partie de la sécurité sociale belge, en 2013 lors de la sixième ( !) réforme de l’Etat. Ce que les socialistes trouvaient encore inacceptable quelques années auparavant a été approuvé sans broncher par eux. Le B.U.B. considère le résultat comme désastreux.

De particratie heeft in 2013, bij de zesde (!) staatshervorming beslist de kinderbijslagen, een deel van de Belgische sociale zekerheid, te splitsen. Wat de socialisten enkele jaren tevoren nog onaanvaardbaar vonden werd zonder verpinken door hen goedgekeurd. De B.U.B. beschouwt het resultaat als desastreus.

STAATSHERVORMING (18) : DE (RELATIEVE) STATUS QUO VAN BUITENLANDSE HANDEL EN ONTWIKKELINGSSAMENWERKING – REFORME DE L’ETAT (18) : LE STATU QUO (RELATIF) DU COMMERCE EXTERIEUR ET DE LA COOPERATION AU DEVELOPPEMENT

Het Belgisch buitenlands beleid is sinds de staatshervorming van 1993 erg versnipperd. De deelgebieden beschikken immers over een verdragsrecht in de hun toegewezen materies. Ze hebben ook eigen economische diensten in het buitenland opgericht en beschikken over een (onrechtstreekse) vertegenwoordiging in de EU. Dit is natuurlijk allesbehalve efficiënt want het leidt tot verwarring in binnen- en buitenland alsook overbodige kosten. De B.U.B. pleit dan ook voor een herfederalisering van het hele buitenlandse beleid[4]. Deze zeer logische eis vindt trouwens ook navolging bij andere partijen.

Depuis la réforme de l’Etat de 1993, la politique étrangère belge est très éparpillée. Les entités fédérées disposent en effet d’un propre droit des traités dans les matières qui leur sont attribuées. Elles ont également créé leurs propres services économiques à l’étranger et disposent d’une représentation (indirecte) au sein de l’U.E. Evidemment, cela n’est pas du tout efficace est donne lieu à une confusion tant à l’intérieur du pays qu’à l’étranger. De plus, cette situation engendre des coûts superflus. C’est pourquoi le B.U.B. souhaite une réfédéralisation de l’entièreté de la politique étrangère[1]. Cette exigence très logique est d’ailleurs suivie par d’autres partis.