Er zijn steeds minder echte leiders in de wereld. Deze door Express.be in het Frans vertaald tekst van de Harvard Business Review (‘Why Great Leaders Are in Short Supply?’)  legt uit waarom. De vraag is of dit een goede evolutie is en wat we eraan kunnen doen als ze niet goed is.

Il y a de moins de vrais dirigeants dans le monde. Ce texte traduit par Express.be de la Harvard Business Review (‘Why Great Leaders Are in Short Supply?’) explique pourquoi. La question est de savoir si cette évolution est bonne et ce qu’on peut faire si elle ne l’est pas.

Es gibt weniger echte Führer auf der Welt. Dieser von Express.be auf Französisch übersetzte Text der Harvard Business Review (‘Why Great Leaders Are in Short Supply?’) erklärt warum. Die Frage ist wie diese Evolution gut ist und was wir machen können wenn sie nicht gut ist.

There are less real leaders in the world. This text of the Harvard Business Review (‘Why Great Leaders Are in Short Supply?’) translated in French by Express.be explains why. The question is if this evolution is a good one and what we could do if it is not a good one.

POURQUOI IL Y A UNE PENURIE DE GRANDS LEADERS

Nous voyons de moins en moins de véritables leaders dans nos sociétés, s’inquiète James S. Rosebush, un expert du leadership qui a travaillé autrefois pour Ronald Reagan. D’un autre côté, le sujet n’a jamais été aussi discuté, ce qui semble paradoxal. Mais peut être que ces deux phénomènes sont liés : plus nous nous enfonçons dans une crise de leadership, et plus le sujet est discuté. Du point de vue de Rosebush, ce n’est pas tant qu’il n’y a plus de gens qui parviennent à développer les qualités qui font les grands leaders, c’est plutôt que le contexte de management a changé, et que les leaders d’aujourd’hui ont beaucoup plus de mal à diriger.

Par le passé, les dirigeants jouissaient de certains grands avantages, estime Rosebush :

1. Un accès privilégié à l’information.

Les leaders étaient dans une position unique pour obtenir les informations et les partager. De nos jours, le monde est en permanence inondé d’information accessibles à tous. La libre circulation de l’information sur Internet a considérablement réduit les possibilités des leaders, et le besoin que l’on en a.

2. La gloire des organisations.

Il y a vingt ans, le citoyen lambda ignorait le nom des CEO cités dans Fortune 500 ou celui des ONG, mais il connaissait la réputation de ces organisations, et il partait du principe que la personne qui avait été choisie pour la diriger incarnait les qualités de cette organisation. De nos jours, les dirigeants sont plus facilement connus à titre individuel, et la société a perdu le respect pour les organisations en général, qu’elles soient des sociétés multinationales, des églises ou des institutions gouvernementales. Les gens perçoivent mieux l’incompétence, la cupidité et la frivolité des organisations qui les taxent parfois, ou les gouvernent.

3. Les Principes communs largement partagés.

La morale, la compréhension de principes éprouvés depuis longtemps, ont été ébranlés et ils sont beaucoup moins prégnants qu’autrefois dans nos cultures. Les principes et les valeurs qui permettaient par le passé de façonner les grands leaders ont maintenant en grande partie disparu de la vie familiale, et lorsque les étudiants arrivent à l’université, il est trop tard pour leur enseigner.

Selon Rosebush les bons leaders sont toujours nécessaires : même si les informations sont disponibles pour tous, eux seuls sont capables de les assembler en une trame pleine de signification pour inspirer les autres. A l’heure où les organisations ne suscitent plus le respect spontanément, les leaders sont aussi essentiels pour motiver et obtenir l’engagement des employés pour leur entreprise.

Source: Harvard Business Review http://www.express.be/business/fr/management/pourquoi-il-y-a-une-penurie-de-grands-leaders/165491.htm

Post Navigation