foto-photo: deredactie.be; belga

foto-photo: deredactie.be; belga

NOTRE POLITIQUE DES SPORTS EST MAL GEREE

L’histoire devient fort ennuyeuse. Lors des Jeux Olympiques d’Hiver qui se sont tenus du 9 au 25 février à Pyeonchang en Corée du Sud, la Belgique n’a obtenu dans l’ensemble qu’une seule médaille d’argent. Comme d’habitude, les médias chantent les mérites de ce prétendu succès. Malheureusement, la réalité est fort différente. Selon le B.U.B., la scission de la politique des Sports est la cause principale de cet échec.

Lorsqu’on dresse le bilan de ces Jeux et des Jeux Olympiques d’Eté de 2016, il se révèle que la Belgique a décroché 7 médailles contre 39 médailles pour les Pays-Bas, un pays voisin avec un peu plus d’habitants. Ce n’est pas étonnant.

Il n’y a en effet pas moins de six ( ! ) ministres des sports dans la petite Belgique: une par communauté, deux dans les exécutifs des commissions communautaires bruxelloises et un au sein du gouvernement bruxellois. Les limites de la bêtise sont visiblement déjà bel et bien dépassées!

Il n’y a, en revanche, pas de ministère belge compétent pour les sports et, par conséquent, pas de politique sportive au niveau national. Toutes les fédérations sportives ont été  plus ou moins scindées sur base de la langue sous la pression des nationalistes linguistiques et à cause de la scission de la politique des sports. Le résultat de ce nationalisme linguistique catastrophique est une politique sportive éparpillée et affaiblie. Les athlètes gagnent leurs médailles uniquement sur base de leur talent individuel.  Non seulement, la Belgique ne gagne pas beaucoup de médailles, mais c’est comme s‘il était interdit à la Belgique de gagner des médailles ! En effet, les succès sportifs, qui renforcent l’identité belge, ne servent pas les intérêts des nationalistes linguistiques tant au nord qu’au sud du pays. Par conséquent, le système fédéraliste est la principale cause des mauvais résultats sportifs. C’est à cause des nationalistes linguistiques que le monde sportif belge reste petit. Ce sont eux qui causent un dommage de prestige considérable à la Belgique !

Aucune personne sensée ne peut être favorable à la scission des sports. C’est pourquoi le B.U.B. plaide une fois de plus pour supprimer cette communautarisation ridicule.

 

GEEN DEFTIG SPORTBELEID IN BELGIE 

Het wordt een afgezaagd verhaal. België haalde op de Olympische winterspelen die van 9 tot 25 februari in Pyeonchang in Zuid-Korea werden gehouden welgeteld één zilveren medaille. De media schilderen dat, gewoontegetrouw, af als een groot succes. De werkelijkheid is helaas anders. Volgens de B.U.B. is de voornaamste oorzaak van dit falen de splitsing van het Belgisch sportbeleid.

Wanneer we de balans maken van deze Spelen en de Olympische zomerspelen van 2016 komen we uit op 7 medailles voor België en 39 medailles voor Nederland, een buurland met iets meer inwoners. Dat hoeft niet te verwonderen.

Er zijn in het kleine België immers liefst zes (!) ministers van sport: één per gemeenschap, twee in de executieven van de Brusselse gemeenschapscommissies en één in de Brusselse regering. We hebben dus ongeveer evenveel ministers als medailles. Zotter kan het niet meer worden.

Er bestaat, daarentegen, geen Belgisch ministerie van sport en dus geen nationaal sportbeleid. Alle sportbonden zijn – in min of meerdere mate – onder druk van de taalnationalisten en wegens de splitsing van het sportbeleid gesplitst op basis van taal. Het resultaat van dit catastrofale taalnationalisme is een versnipperd en verzwakt sportbeleid. Enkel atleten die teren op individuele klasse halen nog medailles. Het is niet alleen dat België bijna geen medailles wint, maar ook dat het geen medailles mag winnen ! De taalnationalisten in noord en zuid zijn immers niet gediend met Belgische sportsuccessen aangezien deze de Belgische identiteit versterken. Het taalnationalistisch federaal systeem leidt dus automatisch tot slechte sportprestaties. Taalnationalisten houden de Belgische sportwereld dus klein en berokkenen ons een onnoemelijke prestigeschade.

Geen zinnig mens kan voor de splitsing van sport zijn. De B.U.B. pleit er dan ook nogmaals voor om deze belachelijke communautarisering onmiddellijk ongedaan te maken.

 

Post Navigation